Donnelay

Donnelay

Au VIIIe siècle le village appartenait à l’abbaye de Wissembourg. Il devient ensuite un fief de l’évêché de Metz, avant d’être cédé à la collégiale Saint-Rémy de Fénétrange en 1451.
De 1565 à 1661 ces chanoines se réfugieront à Donnelay pour échapper à la Réforme.

Le traité de Vincennes du 28 février 1661 entre Louis XIV et Charles IV de Lorraine prévoit la cession à la France d’un chenal d’une demi lieue de large entre Metz et Phalsbourg. La commune devient alors une possession française et fait partie du bailliage de Sarrebourg.

Donnelay à connut différents noms au cours de son histoire :

–    DUDINGA en 766
–    DUNNINGEN en 1178
–    DONNEREYS en 1183
–    DONNERIS en 1273
–    DONNENEY en 1553
–    DOMELEY en  1594
–    DUNNINGEN de 1870 à 1918
–    KARPFENDORF de 1941 à 1944

Il s’est nommé Dunningen pendant l’annexion allemande de 1870-1918 et « Karpfendorf » de 1941 à 1944.
De nos jours, le village fait partie du canton de Vic-sur-Seille et de l’arrondissement de Château-Salins. On peut trouver en se promenant sur les différents chemins de ceintures qui entourent le village, des ruines des bunkers de la 1re guerre mondiale. Un panneau commémoratif des morts de la deuxième guerre se trouve sur le mur de la mairie.

L’église de l’Assomption de Donnelay :

Elle est reconstruite vers 1759 selon une partie d’église grange habituel en lorraine. Si la tour clocher remonte au XVIIIe siècle, sa flèche est reconstruite en 1875 par l’architecte de l’arrondissement Otto Snaupp.  Le chœur et la nef sont restaurés autour de 1900, sous la direction d’Anton Moltz, originaire de Sarreguemines. La nef est constituée de trois travées auquel est adjoint un transept, donnant à l’église un plan en croix latine, caractéristiques assez rares dans le secteur. Le chœur présente des arcatures lombardes.
Les fonds baptismaux et les bas-reliefs figurant des évangélistes, remontent au XVIIIe siècle. Le reste du mobilier a été acquis au cours du XIXe et le début du XXe siècle.

 

Donnelay fait partie du parc naturel régional de Lorraine. L’étang de Bru qui appartient maintenant au conservatoire des sites naturels lorrains se trouve sur le territoire de la commune.

Site exceptionnel pour la biodiversité, classé en zone d’intérêt écologique faunistique et floristique en 1980,cet étang, fondé par les moines au Moyen-Age vient d’être racheté par le Conservatoire des sites lorrains(CSL).

Cette association, basée à Fénetrange, tente de préserver les endroits remarquables sur le territoire afin de maintenir le fragile équilibre naturel.

Réserve ornithologique de tout premier ordre l’étang de Bru était aussi autrefois un parc de stockage des bois qui allaient ensuite servir à chauffer les poêles à sel des salines de Moyenvic ainsi que celles de Lezey.

On trouve sur la commune différents lieux à voir dû en particulier à son passé historique. Hormis la vierge rousse qui se trouve à l’entrée du village, on peut trouver en se promenant sur les différents chemins de ceintures qui entourent le village, des ruines des bunkers de la 1re guerre mondiale. Un panneau commémoratif des morts de la deuxième guerre se trouve sur le mur de la mairie.

 

Personnalités liées à la commune

Lazare Lévy : maire en 1806, a participé l’Assemblée générale des israélites convoquée par Napoléon en 1806.
Claude-Simon de Mandres (Amance 1728-Paris 1803) a été curé de Donnelay. Il inventa un moteur pour bateaux qui fut utilisé sur le Rhin.
Michel Alcan, né le 24 mai 1810 à Donnelay, mort le 26 janvier 1877, ingénieur de l’École centrale des arts et manufactures, député en 1848-1849.